Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Père GABRIEL de Chinon
( 1610 - 1668 )

L'auteur

 
Naissance le 4 juin 1610 à Chinon (France), décès en 1668

Gabriel de Chinon, de son vrai nom Gabriel de la Fuye, figurant dans le Registre de la paroisse de Saint-Etienne de Chinon, fut un capucin identifié sous le nom du père Gabriel, de Chinon, envoyé en mission vers 1640 en Arménie, en Perse et c­hez les Gaures où il fonda un couvent de son ordre. Le Père Gabriel de Chinon quitta ainsi la France pour le Levant, au temps où « Louis XIII, dit le Juste, parfait héritier des vertus royales de saint Louis », s’était laissé convaincre par le Père Joseph – l’Éminence grise de Richelieu – de « faire avancer jusque dans la Perse » les missions déployées par les Capucins dans l’Empire ottoman depuis 1626. Envoyé dans l’Empire safavide, ce preux missionnaire mourut en 1668, en léguant à l’impression ses Relations nouvelles du Levant, qu’il préparait, durant ses heures de loisir, depuis une dizaine d’années.

ligne
Livre numéro 2399
Père GABRIEL de Chinon --- Cliquer pour agrandir Relations du Levant avec les Perses, Arméniens & Gaures : une aventure missionnaire au XVIIe siècle
 
Titre : Relations du Levant avec les Perses, Arméniens & Gaures : une aventure missionnaire au XVIIe siècle / auteur(s) : Père GABRIEL de Chinon - Préfaces argumentées de Jean-Pierre Mahé, Membre d el'Institut
Editeur : Cravant : Histoire à la carte éditeur
Année : 2020
Imprimeur/Fabricant : 37-Joué-les-Tours : Graphival impr.
Description : 16 x 23 cm, 272 pages
Collection :
Notes : Initialement paru chez Jean Thioly, Lyon, 1671. - Bibliogr. p. 265-268. Glossaire
Autres auteurs : Jean-Pierre MAHE [préfacier] -
Sujets : Religions -- Moyen-Orient -- 17e siècle
ISBN : 9782957122516
Bibliothèques : Catalogué à la Bibliothèque Nationale de France
Prix :

Commentaire :

Gabriel de Chinon a séjourné dans l’Empire safavide de 1640 jusqu’à sa mort en 1668. En 1647, il est à Mossoul ; en 1652, à la Nouvelle Djoulfa près d’Ispahan, dont il est expulsé en 1654. Invité en 1666 à Tiflis par le roi de Géorgie, il part ensuite pour Erévan, où il meurt deux ans plus tard. Son ouvrage posthume, Relations nouvelles du Levant, n’est ni un journal de voyage ni un recueil de mémoires, mais un véritable traité de science missionnaire présentant « la religion, le gouvernement et les coutumes » de trois communautés : les Gaures – c’est-à-dire les zoroastriens -, derniers témoins de l’Iran préislamique, les Perses shiites, et les Arméniens, ancienne chrétienté implantée récemment en Perse. Les analyses les plus profondes concernent les Arméniens de l’ancienne Djoulfa (près du Nakhidjévan), déportés en 1603 et installés près d’Ispahan par Chah Abbas Ier. Le Père Gabriel découvre les subtilités de leur doctrine et la singularité de leur christianisme. Pénétrant dans l’intimité des familles, il se fait ethnologue sans le savoir.

ligne

  Retour à l'Index des auteurs