Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Antranik YERITSIAN

ligne
Livre numéro 2276
Antranik YERITSIAN --- Cliquer pour agrandir Dersim - Carnets de voyage chez les Kizilbaches et les Mirakian en 1888 et 1895
 
Titre : Dersim - Carnets de voyage chez les Kizilbaches et les Mirakian en 1888 et 1895 / auteur(s) : Antranik YERITSIAN - Présenté par Erwan Kerivel et Jean-Pierre Kibarian
Editeur : Société bibliophile ANI
Année : 2017
Imprimeur/Fabricant : Roques-Créteil
Description : 17 x 23 cm, 251 pages, carte, photographies, couverture illustrée en couleurs
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN : 9782955391716
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix : 28,50 euros

Commentaire :

L'ouvrage d'Antranik, publié en langue arménienne en 1900 à Tiflis est le premier récit important sur le Dersim renommé Tunceli ou « Main de Bronze » par Mustafa Kemal en 1937. Ce terme renvoie aux opérations militaires qui aboutirent au massacre du peuple alévi et des survivants arméniens de 1915 réfugiés dans cette région montagneuse de 7 000 km2 où ses habitants ont toujours observé avec méfiance toute intrusion étrangère.
La Société Bibliophilique Ani a donné la parole à Hovsep Hayreni qui, dans sa préface, décrit parfaitement la période postérieure à 1900 où le particularisme de cette région voit cohabiter les clans kizilbaches avec celui des Mirakian.
Témoins du sort réservé aux Arméniens, les Kizilbaches du Dersim s'engagèrent au printemps 1916 dans des attaques armées contre l'armée ottomane qui ne parvint pas à soumettre ce territoire irrédentiste.
Le passé reste présent, notamment au Dersim où l'administration de Recep Tayyip Erdogan rejette avec brutalité toute revendication démocratique du peuple kurde. D'intenses opérations militaires sont menées dans une gigantesque zone interdite aboutissant à l'évacuation de sa population, la dévastation de ses villages, la destruction systématique de sa nature et l'annihilation des espaces historiques par des projets hydroélectriques.

Jean-Pierre Kibarian


ligne

  Retour à l'Index des auteurs