Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Paul BAURAIN

L'auteur

 
Paul Baurain a été nommé à la mission laïque d'Alep le 26 aout 1921. À partir de la rentrée 1926, il enseigne au lycée officiel de Damas puis il regagne le lycée d'Alep à la fin des années 1920. Il est aussi, comme sa femme, journaliste à La Syrie, où il publie de nombreux articles de 1921 à 1929. Il a écrit deux articles dans L'illustration du 13/7/1929 et du 25/1/1930. En 1930, il publie un ouvrage : Alep, autrefois, aujourd'hui et en 1932, il fait paraitre plusieurs poèmes dans des journaux français d'Alep.

Correspondant du Service des Antiquités du Haut-Commissariat,
Membre correspondant de l'Institut Français d'Archéologie et d'Arts musulmans de Damas

ligne
Livre numéro 2246
Paul BAURAIN --- Cliquer pour agrandir Alep, autrefois, aujourd'hui
 
Titre : Alep, autrefois, aujourd'hui / auteur(s) : Paul BAURAIN - Alep à travers l'histoire - Population et cultes - La ville - Les ressources - La vie publique - La vie privée
Editeur : Librairie Castoun, Alep
Année : 1930
Imprimeur/Fabricant : Imprimerie Maronite, Alep
Description : 12 x 16,5 cm, 368 pages
Collection :
Notes : Absence du " plan touristique de la ville " dans notre exemplaire
Autres auteurs :
Sujets :
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

Avant-propos

Il n'avait pas encore été donné un ouvrage sur Alep, embrassant non seulement les périodes successives de son existence, mais aussi toutes les manifestations de sa vie actuelle. Il faut bien convenir que les origines sont obscures et qu'elles le resteront, aussi longtemps qu'on n'aura pas dissipé les brumes qui enveloppent la civilisation des Mitanniens et des Hittites ; çà et là aussi, à travers les âges, il reste des trous d'ombre, que des textes nouveaux mis au jour, et une documentation plus riche que celle que sont à même de fournir les bibliothèques d’Alep, permettront tôt ou tard de combler.
Outre des notes recueillies dans les ouvrages et revues orientalistes depuis une trentaine d'années, j'ai mis à contribution, pour la partie historique l'Histoire ancienne des peuples de l'Orient de Maspéro, la Glyptique syro-hittite de Contenau, Les races et l'histoire de Pittard , Le Nil et la civilisation égyptienne de Moret , Des clans aux empires de Moret et Davy , La Syrie ancienne et moderne de Jules David , La Littérature syriaque de Rubens Duval, Le Christianisme dans l'empire perse de J. Labourt, L'his¬toire générale et système comparé des langues sémitiques de Renan .
Pour la période byzantine, je me suis am¬plement servi des si intéressants volumes de Schlumberger : L'épopée byzantine à la fin du Xème siècle et Un empereur byzantin; ainsi que de l'Église byzantine du R.P. Pargoire; pour l'époque des croisades, Bréhier: L'Église et l'Orient au moyen - âge; Achille Lothaire : Inno-cent III et la question d'Orient; du Cange : Les familles d'outre-mer; Bey: Les colonies franques en Syrie, Les Monuments de l'architecture mili¬taire des croisés, L'Histoire des Princes d'Antio¬che; Gaston Dodu: Histoire des institutions mo¬narchiques dans le royaume latin de Jérusalem ; Schlumberger : Renaud de Châtillon , prince d'Antioche; Morgan: Histoire du peuple arménien; Les Historiens occidentaux et les Historiens orientaux des croisades, m'ont été d'un grand secours.
Il va sans dire que les ouvrages du R. P. Lammens m'ont été d'excellents guides à tra¬vers les dynasties mobiles que l'Islam a semées en Syrie, et ceux de MM. Migeon et Saladin, dans le domaine de l'art musulman.
Je dois aussi signaler les précieuses collec¬tions de Syria, des Échos d'Orient , le Diction¬naire de Théologie catholique de Vacant, le Dic¬tionnaire d'histoire et de géographie publié sous la direction de Mgr Baudrillard, le Dictionnaire d'archéologie chrétienne publié par Dom Cabrol et l'histoire des patriarcats melkites par Cyrille Charon.
J'ai aussi feuilleté avec fruit le Bulletin offi¬ciel des actes administratifs du haut-commissariat, le Bulletin officiel de l'État d'Alep, le Bul¬letin médical annuel de l'État de Syrie, les Bul¬letins de Chambre de commerce d'Alep, le cata¬logue de la salle des échantillons pour 1921, les numéros parus de la Revue Phénicienne, le numéro spécial du Feu (15 juillet 1920 ) con¬sacré à la Syrie et la Revue des questions coloniales et maritimes (mai-juin 1921), etc. etc.
Le lecteur ne s'étonnera pas de ce que je n'aie pas constellé mon texte de notes et de références, qui l'eussent seulement distrait sans profit, dans un ouvrage de ce genre, que l'on désire portatif et de lecture facile ; qu'il veuille bien me faire confiance et me croire prêt, si quelque doute s'élève au sujet d'une assertion quelconque de mon ouvrage, de lui fournir les indications les plus précises quant aux citations et aux faits avancés.

D'ailleurs je m’attends, de la part de mes lecteurs, à des critiques et à des remarques, qui me permettront dans la suite de combler des lacunes dont je suis le premier à savoir l'existence : elles seront accueillies avec reconnaissance.
Il semble superflu de dire à quelle part d'observations personnelles et de recherches patientes, d'entretiens avec les connaisseurs et de promenades à travers la ville et ses environs, sont dues les pages sur la partie pittoresque, artistique ou archéologique de ce travail. Plus de quatorze années passées à Alep , avec le souci de l'étudier, m'ont permis d'apprécier son charme, sa beauté, ses curiosités, ainsi que le caractère de ses habitants.
Comme ce travail, avant d'avoir été retouché et complété dans l'édition présente, a eu une première rédaction en 1921 et a, depuis ce temps, sous forme dactylographiée et anonymement, couru plus ou moins tous les bureaux officiels de Syrie: comme, d'autre part, il a été publié en grande partie dans le journal La Syrie, en 1922, et qu'il m'est arrivé d'en retrouver des passages textuels dans des publications subséquentes, sans aucune indication de provenance, le lecteur averti saura rendre à chacun son bien, et ne pas m'attribuer des plagiats où je n'aurais été moi-même que plagié .
Puisse le public apprécier à sa juste valeur ce modeste ouvrage, composé dans le dessein de lui être utile en même temps qu’agréable.

Alep, le 30 mai 1930
PAUL BAURAIN
Correspondant du Service des Antiquités du Haut-Commissariat,
Membre correspondant de l'Institut Français d'Archéologie et d'Arts musulmans de Damas


ligne

  Retour à l'Index des auteurs