Retour à l'Index des auteurs    Accueil
Association Culturelle Arménienne de Marne-la-Vallée (France)

Laurent AUBERSON

L'auteur

 
Historien suisse
ligne
Livre numéro 2245
Laurent AUBERSON --- Cliquer pour agrandir Arméniens - Évocation d'un génocide et son importance pour la Suisse
 
Titre : Arméniens - Évocation d'un génocide et son importance pour la Suisse / auteur(s) : Laurent AUBERSON - Publié sous la direction de Laurent Auberson
Editeur : Association Suisse-Arménie - Berne
Année : 2005
Imprimeur/Fabricant : Easy Document, Montagny-près-Yverdon
Description : 14,5 x 20,5 cm, 32 pages, couverture illustrée en couleurs
Collection :
Notes :
Autres auteurs :
Sujets : Géncide arménien -- Problème de reconnaissance par la Suisse
ISBN :
Bibliothèques : Consultable à la Bibliothèque de la Cathédrale apostolique arménienne, Paris
Prix :

Commentaire :

Avant-propos

La portée de la reconnaissance politique du Médz Yeghérn, le génocide commis contre les Arméniens, n'a pas attendu le nonantième anniversaire pour dépasser les limites du peuple qui a subi ce crime dont la négation toujours impunie constitue un prolongement. Les éditeurs ont jugé la présente publication indispensable, parce que le gouvernement d'un État de droit tel que la Suisse, tout en condamnant le négationnisme dans sa législation pénale et tout en envoyant un procureur à la Cour Pénale Internationale pour y traiter les crimes contre l'humanité commis au Rwanda et en ex-Yougoslavie, n'arrive pas à se déterminer à qualifier expressis verbis de génocide l'extermination des Arméniens entre 1915 et 1918. Il est donc légitime de se demander où commence le respect des droits humains et où finit le calcul politique. Yossi Sarid, ancien ministre israélien de l'Éducation, l'a rappelé récemment en dénonçant l'opportunisme des autorités de son pays : le gouvernement représentant le peuple qui a subi l'un des plus graves génocides de l'histoire peut-il en nier un autre pour une pure raison d'État qui commanderait de ne pas froisser un précieux allié, et sous le prétexte qu'il y aurait menace sur l'unicité de la Shoah ? Faut-il enseigner aux générations futures qu'il existe des génocides de première classe et des génocides de seconde classe ?

Nul ne saurait nier le rôle que jouent l'opinion publique et l'éducation nationale de chaque pays dans la transmission d'un savoir honnête sur des faits que l'on souhaite définitivement passés. La Convention des Nations Unies pour la prévention et la répression du crime de génocide, du 9 décembre 1948, a souligné qu'il appartient au politique - et non aux historiens - de définir et de condamner ces crimes, à la justice de les poursuivre, mais avant tout à la société de créer et de cultiver la connaissance qui permettra d'éviter qu'ils soient à nouveau commis. La présente publication, constituée avec beaucoup de soin et d'exactitude par l'historien Laurent Auberson, est enrichie d'un essai original de Tessa Hofmann, docteur en histoire, qui œuvre inlassablement depuis des dizaines d'années pour le droit à la mémoire du peuple arménien. Outre le public intéressé, cette brochure s'adresse aux responsables de l'instruction publique et aux représentants des médias de notre pays, afin de les soutenir dans leur travail d'information et d'éducation et afin d'éradiquer sous toutes ses formes un négationnisme encore trop souvent toléré en Suisse. Nous vous souhaitons une lecture enrichissante.

Sarkis Shahinian et Andréas Dreisiebner
Co-présidents de l'Association Suisse-Arménie


ligne

  Retour à l'Index des auteurs